Next Einstein Forum : “L’Afrique est la Chine du futur”, explique le physicien Vincent Rivasseau


Vincent Rivasseau, physicien et co-fondateur du centre AIMS (Institut de Mathématiques) au Sénégal, revient sur son engagement pour les sciences en Afrique.

Trois jours consacrés à l’Afrique des cerveaux : tel était le programme du Next Einstein Forum, qui se tenait à Kigali (Rwanda) du 26 au 28 mars 2018. Au programme, des présentations par des chercheurs africains de haut niveau, les meilleurs de leur génération.

En prélude à la cérémonie de remise, les Présidents Paul Kagamé du Rwanda et Macky Sall du Sénégal ont tous réaffirmé leur soutien au Next Einstein Forum qui promeut la science, la technologie et l’innovation en Afrique.



Les 20 lauréats présents sur 35, ont été honorés de recevoir leur prix des mains des deux Chefs d’Etats présidant ladite cérémonie. Un geste prouvant leur attachement au développement de l’Afrique à travers la science et à la technologie.

Les discussions ont tournés autour des quatre principaux piliers dont l’Afrique a besoin pour réussir à mettre en œuvre, l’intelligence artificielle en médecine : une discussion générale sur la façon de tirer parti de l’intelligence dans n’importe quel domaine ; l’examen de quelques cas réussis et des meilleurs pratiques ; la façon dont les différentes parties prenantes peuvent traiter les politiques, la participation et l’acceptation ; la façon de renforcer les capacités dans le domaine de l’intelligence artificielle et de la santé.



OPPORTUNITES. “ C’est dommage, car l’Afrique est avant tout un territoire d’opportunités. J’ai beaucoup d’étudiants africains qui me demandent s’ils pourront revenir faire de la recherche ici après avoir soutenu leur thèse en Europe”, raconte le physicien. “Alors que pour la recherche, l’Afrique est la Chine du futur ! La relation entre la France et l’Afrique est essentielle.” 


Des chercheurs français s’engagent pour l’Afrique

Alors comment faire pour nourrir ce lien et permettre à ces jeunes chercheurs, s’ils le souhaitent, de rentrer mener leurs recherches au pays ? “Avec l’APSA, nous réunissons régulièrement des chercheurs africains à l’IHP. Nous organisons également des concours innovants : celui de cette année est consacré au développement durable en Ethiopie. Nous souhaitons également mettre en place un programme de bourses.” Si peu d’organisations françaises se sont déplacées au Next Einstein Forum, quelques chercheurs français y étaient toutefois bien présents, lors de cette édition comme des précédentes. Cédric Villani y était par exemple présent lors de la précédente édition en 2016 au Sénégal. Il donne également des cours de mathématiques au centre AIMS de Kigali, créé au Rwanda en 2016.


 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *